L’impact de l’activité physique sur l’hyperactivité chez les enfants

12 Mar
0 comment

Vous aussi, votre enfant est touché par l’hyperactivité et vous souhaiteriez lui permettre d’évoluer dans de bonnes conditions. Nous n’avons pas la formule magique pour ça, mais nous voulions tout de même vous démontrer l’importance du sport pour les personnes touchées par cette maladie.

Aujourd’hui, les bienfaits d’une activité physique régulière demeurent indiscutables, tant sur le plan de la santé que sur les plans social et psychologique. L’activité physique contribue en effet grandement à l’amélioration de la santé mentale et à la prévention de certains troubles mentaux. C’est notamment, grâce à son apport au point de vue de l’estime de soi et de la confiance en soi, que l’activité physique est un remède efficace pour le corps et l’esprit.

La question que l’on peut alors se poser est : est-ce que l’activité physique peut apporter davantage de bénéfices aux individus avec hyperactivité ? Ce trouble, touchant près de 5 % de la population peut-il être réduit par la pratique d’un sport ?

            De récentes études ont en effet démontré que la pratique d’un sport constitue un excellent moyen pour diminuer les symptômes de l’hyperactivité : difficultés à se concentrer, impulsivité, réactions agressives ; pouvant avoir de lourdes conséquences sur la scolarité, la vie familiale ou encore sociale. Ces études ont démontré pour une personne qui maintient une activité physique pendant 15 minutes (d’une intensité modérée à intense), on pouvait assister à une augmentation des capacités de contrôle de soi et de flexibilité mentale. Imaginez donc les bienfaits d’une séance sportive d’une heure pour votre enfant !

            Toutefois, il est important de prendre en considération le profil de votre enfant lorsque vous souhaitez l’inscrire dans une activité sportive. De manière générale, les enfants qui ont un TDAH se développent avec une attention individuelle. Leur impulsivité, l’inattention et la faible tolérance à la frustration et à l’échec peuvent par ailleurs entraver leur réussite sportive et ainsi annuler les bienfaits d’une pratique sportive. Pour ces diverses raisons, il est donc recommander de préconiser des sports individuels ou l’enfant est en contact avec d’autres camarades sans pour autant jouer avec eux ou encore contre eux.

Ainsi des sports comme la natation, l’athlétisme ou encore la gymnastique sont fortement recommandés. Ces sports permettent en effet de se challenger seul, sans esprit de concurrence et ainsi d’évoluer dans le but d’accroître sa confiance en soi. En revanche, les sports individuels de contacts ainsi que les sports collectifs sont souvent déconseillés, car ces derniers susciteraient une trop grande excitation ainsi qu’une trop grande quantité d’émotions à gérer.Pour autant, ces sports collectifs et de combat ne sont pas entièrement à écarter. Comme dit précédemment, chaque enfant est différent et ainsi susceptible de réagir de façon positive à la pratique d’une de ces activités. À vous de tester ce qui correspondra le mieux à votre enfant !

            En définitive, quel que soit le sport choisi, il reste primordial de permettre aux enfants atteints de TDAH de bouger et faire du sport, de ne pas entraver leurs mouvements et d’encourager autant que possible les pratiques sportives, autant à la maison qu’à l’école. À la maison par exemple, pendant les devoirs, permettre à l’enfant qui n’est plus capable de se concentrer de faire un tour de jardin en courant pourrait lui permettre de se concentrer de nouveau et ainsi de le rendre apte à poursuivre son apprentissage. Commencer la journée de classe par des exercices serait également un excellent moyen pour tous les élèves d’être davantage à l’écoute.

Dites-nous ce que vous en pensez!